Exploitations
image

Mine d'or Sadiola, Mali

EXTRACTION ET TRAITEMENT
Extraction

La mine aurifère Sadiola est exploitée par AngloGold Ashanti.

L’exploitation minière est effectuée en utilisant la méthode conventionnelle des techniques de fosse ouverte et d’une usine de traitement de charbon en pulpe. Il y a actuellement cinq fosses ouvertes. L’extraction de la ressource d’oxydes dans la fosse principale s’est récemment terminée; cependant, l’extraction se poursuit dans les corps minéralisés satellites FE3 et FE4 au sud-est de la fosse principale.

Les gradins de la fosse ont été conçus selon les normes de l’industrie de stabilité compte tenu de l’étendue de lithologies présentes à Sadiola, et se conforment aux principes de gestion de risque. Le contrôle de la teneur est effectué en forant des trous verticaux de 10 mètres de long sur une grille de 10 mètres par cinq mètres. Le minerai est transporté à l’empilement de minerai, situé à environ un kilomètre de la fosse, et les stériles sont jetés dans des haldes adjacentes à la fosse.

Environ 90 % du minerai est empilé avant son traitement. L’installation d’empilement de minerai est située entre la fosse et l’usine de traitement et sert à deux aspects. D’abord, le secteur permet de former des empilements ayant des minéralogies en oxydes et en sulfures, des teneurs d’or, des duretés et des niveaux de viscosité différents à entreposer séparément. Le minerai récupéré des empilements alimente l’usine de traitement de différents mélanges de minerai, contribuant ainsi à l’utilisation efficace de l’usine de traitement et en maximisant la récupération d’or. Deuxièmement, l’empilement sera à fournir une réserve de minerai utilisée pour alimenter l’usine pendant des périodes où les activités des fosses sont touchées par des facteurs externes comme les pluies abondantes.

Traitement

L’usine de traitement de la mine aurifère Sadiola consiste en deux circuits parallèles identiques, capables conjointement de traiter environ 5,3 millions de tonnes de saprolite par année. La conception double de production confère un degré supérieur de flexibilité dans les activités et l’entretien de l’usine, en cas de bris d’équipement, considération importante dans ce cas-ci étant donné que le soutien local pour les infrastructures et l’entretien d’industries lourdes est pratiquement inexistant.

Comme décrit ci-dessus, la majorité du minerai transporté de la fosse au secteur d’empilement/de récupération, adjacent à l’usine de traitement. Le minerai mélangé est récupéré des empilements en utilisant des chargeuses frontales et des camions ainsi que le minerai provenant directement de la fosse alimentent des deux calibreuses minérales parallèles, un type de concasseur conçu pour traiter le minerai plus mou trouvé à la mine Sadiola. Le minerai passe par des réservoirs intermédiaires situés à l’avant des deux broyeurs semi-autogène. Un seul broyeur secondaire est incorporé, desservant les deux circuits afin de broyer les fractions grossières contenues à la sortie des broyeurs semi-autogène.

Les rejets provenant des usines alimentent les cyclones et le refus de crible est acheminé au circuit de lixiviation ou la pulpe est soumise au procédé de lixiviation tandis que le tamisat retourne aux usines de broyage. Après la lixiviation, on envoie la pulpe aux réservoirs d’absorption CIP où l’or est absorbé par le charbon actif. Ce charbon chargé est dépouillé de l’or et le lixiviat contenant l’or est pompé dans les réservoirs d’entreposage.  Le charbon dépouillé est régénéré dans un four au mazout pour être ensuite réutilisé. Après la lixiviation, la boue stérile, une fois l’or enlevé, est pompée dans des digues à stériles situées approximativement à 3 kilomètres au sud-est de l’usine de traitement pour évacuation finale. L’or est récupéré de la solution par électroplacage sur des cathodes en laine d’acier inoxydable. Les cathodes sont lavées et la boue contenant l’or est séchée et placée dans une fournaise à induction pour y effectuer la fusion pour produire les lingots d’or.

En 2002, l’usine Sadiola a été modifiée pour augmenter la récupération du minerai de saprolite sulfureux d’environ  65 % à 75 %. En 2008, un circuit gravimétrique a été mis en service pour traiter une portion du tamisat du cyclone dans le circuit de broyage. Le circuit a occasionné une récupération améliorée de minerai oxydé à forte teneur des fosses satellites comprenant une portion de l’or en pépites considérablement plus grossières.