mine-dor-sadiola-mali

Mine d’or Sadiola, Mali

Propriétaire :

IAMGOLD à 41 %, AngloGold Ashanti à 41 %, gouvernement du Mali à 18 %

Exploitant :

AngloGold Ashanti

Emplacement

La mine aurifère Sadiola est située au sud-ouest du Mali, en Afrique de l'Ouest, près de la frontière séparant le Sénégal du Mali, environ 70 km au sud de Kayes, la capitale régionale. La capital compte une population d'environ 127 000 habitants, et est située à 510 km au nord-ouest de Bamako, la capitale du Mali.

La République du Mali est un pays enclavé d'Afrique de l'Ouest, entouré de l'Algérie au nord, du Niger à l’est, du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire au sud, de la Guinée au sud-ouest, et du Sénégal et de la Mauritanie à l’ouest. Sa superficie fait tout juste 1 240 000 km², et sa population compte environ 12 000 000 d'habitants.

Le permis d'exploitation minière de Sadiola couvre 302 km² d'une région reculée du Mali, pratiquement dépourvue d'infrastructures. L’accès au site minier s’effectue par une route régionale en gravier menant à Kayes. La mine aurifère Sadiola comprend une piste d’atterrissage pouvant accueillir des aéronefs légers. Kayes est desservie par des transports ferroviaires, routiers et aériens depuis Dakar, la capitale du Sénégal. L'aéroport international de Bamako offre de nombreux vols quotidiens, à destination de plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest et d'Europe. Dakar est quant à lui un des ports d'entrée importants de l'Afrique de l'Ouest, tant par la voie maritime que aérienne, en plus d'être le lieu principal d'approvisionnement de la mine en biens importés.

haut de la page

Historique

La mine Sadiola est une coentreprise formée avec AngloGold Ashanti qui compose près de 10 % de la production d'IAMGOLD. Puisque l'usine existante n'a pas été construite pour le traitement de la roche dure et que la mine approche la fin de son approvisionnement en minerais d'oxyde et en roche molle, un agrandissement s’avère nécessaire. En 2015, la mine aura épuisé la majorité de son approvisionnement en roche molle, et sa production déclinera rapidement.

Géologie

Le gisement Sadiola est situé dans la partie malienne de la fenêtre Kéniéba-Kédougou, une importante enclave datant du Paléoprotérozoïque longeant la marge nord-est du bouclier Kenema-Man. Les composantes birimiennes de l’enclave peuvent être interprétées comme un collage d’au moins deux terrains de natures différentes orientés nord-sud. À l'ouest, une plus ancienne succession volcano-sédimentaire (d'environ 2,2 milliards d'année) appartenant à la formation Saboussire a subi l'intrusion d'importants batholithes calco-alcalins. Une importante zone de cisaillement sénégalo-malienne orientée nord-nord-est sépare cette succession de la formation sédimentaire Kofi. La formation Kofi est beaucoup plus jeune, et a été traversée par des batholithes calco-alcalins datant de 2,0 à 2,05 milliards d'années. L'intensité du métamorphisme atteint les faciès de schiste vert, comportant des cornes amphibolitiques développées à proximité des intrusions principales. La zone de cisaillement sénégalo-malienne abrite plusieurs gisements aurifères importants dans ses failles, y compris Sadiola, Yatéla, Loulo et Yalea.

Le gisement Sadiola est situé dans la section centre-nord de la fenêtre et est encaissé dans des sédiments de la formation Kofi qui ont été traversés par de nombreuses intrusions felsiques. Les sédiments sont principalement constitués de grauwackes à grain fin, probablement des turbidites distales, et des carbonatites impures avec des quantités moindres de tufs et de volcanites acides.

Le gisement se présente le long de la zone de fracture de Sadiola (« SFZ ») orientée à 010º, qui est interprétée comme un flanc cassant-ductile de la zone de cisaillement sénégalo-malienne dans un crochon senestre. La SFZ suit le contact à fort pendage vers l’ouest entre les grauwackes à l’ouest et les carbonatites impures à l’est. La SFZ et ses roches encaissantes sont recoupées par des dykes de diorite discontinus, lesquels peuvent contenir une faible foliation minérale et une déformation ductile peu intense. Des porphyres quartzo-feldspathiques percent des failles plus jeunes orientées à 020º et à fort pendage vers l’ouest, préservant des déformations cassantes.

haut de la page

Minéralisation

La minéralisation aurifère envahissante d'une teneur de 2 à 20 g/t est située le long de la SFZ et s'étale sur 2 500 mètres, demeurant ouverte vers le nord et vers le sud. L'emplacement et la géométrie de la minéralisation à haute teneur semblent être contrôlés par la confluence de la SFZ et des flancs orientés 020º résultant en des zones abruptes à plongeantes à la verticale dans le plan de la SFZ.

La minéralisation aurifère est présente dans les quatre principaux types de roche (marbre, grauwacke, diorite et porphyre quartzo-feldspathique) et est associée spatialement à un type d’altération complexe. Les types d'altérations qui ont été identifiées comprennent des assemblages de silicate calciques, de potassium, de chlorures de calcium et de carbonatites, et la minéralisation aurifère semblent être d'origine mésotermale. L'or est associé à des assemblages de sulfure dominés à la fois par l'arsenic et l'antimoine, dont l'arsénopyrite, la pyrrhotite, la pyrite, la stibine et la gudmundite. L'or primaire est à grain extrêmement fin, la plupart ayant moins de 15 microns; très rarement, certains grains peuvent approcher 50 microns.

Le gisement Sadiola a été profondément érodé, parfois jusqu'à 220 mètres. Depuis ses débuts, l'exploitation a principalement extrait du minerai oxydé mou; les réserves d'oxydes présentement connues devraient être épuisées d'ici 2016. Une importante ressource minérale de minerai dur de sulfure se trouve sous la dernière fosse de Sadiola, et attend les derniers avals d'une étude de projet d'expansion.

haut de la page

Extraction

La mine d'or Sadiola est exploitée par AngloGold Ashanti.

L'exploitation minière est effectuée en utilisant la méthode d’exploitation à ciel ouvert et d'usines de traitement de charbon en pulpe conventionnelles. Il y a actuellement cinq fosses à ciel ouvert. L'extraction des ressources en oxyde de la fosse principale s'est récemment terminée; cependant, l'extraction se poursuit dans les corps minéralisés des fosses satellites FE3 et FE4, situés au sud-est de la fosse principale.

Les pentes de la fosse ont été conçues selon les normes de stabilité de l'industrie compte tenu de l'éventail des lithologies présentes à Sadiola, en conformité aux principes de gestion des risques. Le contrôle de la teneur est réalisé en forant des trous verticaux d'une profondeur de 10 mètres, sur une grille de 10 mètres par 5 mètres. Le minerai est transporté jusqu'à l’aire de stockage du minerai, situé à un kilomètre de la fosse, et les roches stériles sont disposées dans des haldes adjacentes à la fosse.

Environ 90 % du minerai est empilé avant d'être traité. L’aire de stockage du minerai est située entre la fosse et l'usine de traitement et a une double vocation. L’aire permet tout d'abord d’empiler séparément le minerai ayant différentes minéralogies en oxyde et en sulfure, teneur en or, dureté et viscosité. Le minerai récupéré des empilements alimente l'usine de traitement selon différents mélanges de minerai, contribuant ainsi à maximiser l'efficacité de l'usine de traitement et la récupération d'or. Le stockage de minerai sert, en plus, à fournir une réserve de minerais utilisée pour alimenter l'usine lorsque des facteurs externes, comme des pluies abondantes, ont une incidence sur les opérations.

haut de la page

Traitement

L'usine de traitement de la mine d'or Sadiola consiste en deux circuits parallèles identiques, pouvant traiter conjointement environ 5,3 millions de tonnes de saprolithe par année. Cette conception double de production confère un degré supérieur de flexibilité dans les activités et l'entretien de l'usine en cas de bris d'équipement; cette considération est importante étant donné que les infrastructures locales et le soutien à l'entretien pour l’industrie lourde sont pratiquement inexistants.

La majorité du minerai est transporté de la fosse à l’aire de stockage adjacent à l’aire de traitement. Le minerai mélangé est récupéré des empilements pour alimenter deux concasseurs rotatifs à doigts, un type de concasseur conçu pour traiter le minerai plus mou présent à la mine d’or Sadiola. Le minerai est ensuite acheminé vers les trémies tampons, situées devant les deux broyeurs semi-autogènes. Un seul broyeur secondaire est intégré et dessert les deux circuits afin de broyer davantage les fractions grossières sortant des broyeurs semi-autogènes.

Le matériel sortant des broyeurs alimente les cyclones, la surverse est ensuite acheminée dans un circuit de lixiviation où la pulpe est soumise à un procédé de lixiviation au cyanure, alors que la sousverse est dirigée vers le broyeur secondaire. Après la lixiviation, la pulpe est envoyée dans les réservoirs d'absorption du CEP, où l'or est absorbé par du charbon actif. Ce charbon chargé est dépouillé de l'or (désorption), et le lixiviat contenant l'or est pompé dans des réservoirs d'entreposage. Le charbon désorbé est régénéré dans un four rotatif au mazout, pour être éventuellement réutilisé. Après la lixiviation, on dispose des boues stériles ne contenant plus d'or en les pompant dans les bassins situées à trois kilomètres au sud-est de l'usine de traitement. L'or est récupéré du lixiviat par électroplacage sur des cathodes en laine d'acier inoxidable. Les cathodes sont ensuite nettoyées et la boue contenant l'or est séchée et placée dans un four à induction destiné à la fusion et à la production de lingots d’or.

En 2002, l'usine de Sadiola a été modifiée pour augmenter la récupération du minerai de saprolithe sulfureux d'environ 65 à 75 %. En 2008, un circuit gravimétrique a été mis en service afin de traiter une partie de la sousverse du cyclone dans le circuit de broyage. Ce circuit a permis d'améliorer la récupération provenant du minerai oxydé à forte teneur tiré des fosses satellites comportant des pépites d'or plus grossier.

haut de la page

Perspectives

L’une des possibilités de croissance interne envisagée en ce moment consiste en un agrandissement à Sadiola qui permettrait d’extraire les sulfures en roches dures se trouvant sous les oxydes pratiquement épuisés et pourrait augmenter la production jusqu’à 3 millions d’onces ainsi que prolonger la durée de vie de la mine de plus de 10 ans.

Dans le but de faciliter cet agrandissement, nous sommes en pourparlers avec AngloGold concernant la possibilité d’acquérir sa part de 41 % dans Sadiola. Selon un scénario d’agrandissement complet, l’acquisition de la part d’AngloGold augmenterait nos réserves totales de 18 % et nos ressources indiquées de 13 %. Selon un scénario d’agrandissement restreint, un investissement plus modeste s’avérerait nécessaire et nous permettrait de conserver notre saine situation financière. Les empilements aux environs pourraient également assurer la production pendant la période de transition. Les gisements satellites d’oxydes avoisinants représentent un autre potentiel d’exploration. Recelant une teneur moyenne des réserves de 2,1 grammes d’or par tonne, Sadiola constituerait notre mine à ciel ouvert comportant la meilleure teneur, et son agrandissement permettrait de réduire les coûts de maintien tout inclus consolidés. Nous examinons actuellement des options de financement, y compris le financement autonome, le financement de projet et le partenariat.

L’agrandissement de Sadiola ne représente qu’une des possibilités de croissance que nous étudions attentivement. Il s’agit d’une occasion attrayante puisque nous connaissons bien cet actif, notamment la géologie régionale, et le processus de réglementation minière au Mali, et puisque nous avons une longue tradition d’activités minières profitables dans la région, et ce, sans interruption causée par des changements politiques ou des manifestations civiles. Nos décisions d’investissement s’arrêteront cependant comme toujours sur les options d’investissement qui généreront des rendements économiques intéressants.

Alertes Nouveautés

Adresse courriel *