Exploitations
image

Mine d'or Sadiola, Mali

GÉOLOGIE ET MINÉRALISATION
GÉologie

Le gisement Sadiola est situé dans la partie malienne de la fenêtre Kéniéba-Kédougou, une importante enclave du Paléoprotérozoïque située le long de la marge nord-est du bouclier Kenema-Man. Les roches birimiennes composantes de l’enclave peuvent être interprétées en tant que collage d’au moins deux terrains orientés nord-sud. À l’ouest, une plus ancienne (environ 2,2 milliards d’années) succession volcano-sédimentaire ayant subi l’intrusion d’importants batholithes calco-alcalins appartient à la formation Saboussire. Elle est séparée de la formation Kofi, principalement sédimentaire, par l’importante zone de cisaillement sénégalo-malienne orientée nord-nord-est. La formation Kofi est de beaucoup plus jeune et a subi l’intrusion de batholithes calco-alcalins datant de 2,0 à 2,05 milliards d’années. Le degré de métamorphisme atteint les faciès de schiste vert, avec des cornes amphibolitiques développées localement à proximité des intrusions majeures. La zone de cisaillement sénégalo-malienne encaisse plusieurs importants dépôts d’or le long de ses flancs, y compris Sadiola, Yatéla, Loulo et Yaléa.

Le gisement Sadiola est situé dans la section centre-nord de la fenêtre et est encaissé dans des sédiments de la formation Kofi qui ont été traversés par de nombreuses intrusions felsiques. Les sédiments sont constitués de grauwackes à grain fin, probablement des turbidites distales, et des carbonates impurs avec des quantités moindres de tufs et de volcanites acides.

Le gisement se présente le long de la zone de fracture de Sadiola (« SFZ ») orientée à 010°, qui est interprétée comme un flanc cassant-ductile de la zone de cisaillement sénégalo-malienne dans un crochon senestre. La SFZ suit le contact à fort pendage vers l’ouest entre les grauwackes à l’ouest et les carbonates impurs à l’est. La SFZ et son éponte sont recoupées par des dykes de diorite discontinues, lesquels peuvent contenir une faible foliation minérale et une déformation ductile peu intense. Des dykes de quartz-feldspath-porphyre percent des failles plus jeunes orientées à 020° et à fort pendage vers l’ouest et préservent des parties déformées plus fragiles.


MinÉralisation

La minéralisation aurifère pervasive d’une teneur de 2 g Au/t à 20 g Au/t se trouve le long de la SFZ sur un allongement d’environ 2 500 mètres et demeure ouverte vers le nord et vers le sud. L’emplacement et la géométrie de la minéralisation à haute teneur semblent être contrôlés par la confluence de la SFZ avec les flancs orientés à 010°; il en résulte des zones à pendage fort ou vertical dans le plan de la SFZ.

La minéralisation aurifère est présente dans les quatre principaux types de roche (marbre, grauwacke, diorite et quartz-feldspath-porphyre) et est associée spatialement à un type d’altération complexe. Les types d’altération identifiés à ce jour comprennent de assemblages calco-silicatés, potassiques, chloriteux–calcitiques et carbonatés et pointent vers une origine mésothermale. L’or est associé à des assemblages de sulfures dominés à la fois par l’arsenic et l’antimoine, dont l’arsénopyrite, la pyrrhotite, la pyrite, la stibnite et la gudmundite, un sulfure d’antimoine. L’or primaire est à grain extrêmement fin, pour la plupart de moins de 15 microns, avec de rares grains approchant les 50 microns.

Le gisement Sadiola a été intensément altéré à des profondeurs allant jusqu’à 220 mètres. Depuis ses débuts, l’exploitation a surtout extrait du minerai oxydé mou; les réserves d’oxydes actuellement connues devraient être épuisées d’ici 2012. Une importante ressource de minerai dur de sulfures se trouve sous la fosse finale de Sadiola et fait présentement l’objet d’une étude de préfaisabilité type.