Exploitations
Image

Mine d'or Rosebel, Suriname

EXTRACTION ET TRAITEMENT

Extraction

À Rosebel, le minerai est extrait, à ce jour, de cinq fosses à ciel ouvert : Royal Hill, Pay Caro, East Pay Caro Koolhaven et Mayo. Trois fosses supplémentaires seront exploitées ultérieurement : Rosebel, Roma et J-Zone. L’extraction est effectuée par des méthodes conventionnelles, soit à l’aide de pelles mécaniques et de camions. Tout le matériel extrait nécessite des sondages à des fins d’échantillonnage et de contrôle de la teneur; les matériaux sont désignés comme étant de la roche molle, de la roche de transition ou de la roche dure les deux derniers types nécessitant du dynamitage.

Le processus d’extraction est effectué en fonction d’un calendrier de planification suivant une projection de trois mois. L’échéancier comprend le forage, le dynamitage et le hissage du minerai et du stérile.

Traitement

Le circuit de l’usine de traitement comprend un concasseur giratoire et l’empilement du minerai grossier avec des distributeurs, un circuit de récupération gravimétrique, un circuit de lixiviation, un circuit de charbon activé (CIL), un circuit de désorption du charbon et une raffinerie, tel que le montre le schéma de l’usine.

La roche dure est d’abord réduite à environ 6 pouces par l’entremise d’un concasseur principal, puis empilée sur deux distributeurs à palettes mécaniques pour être livrée au broyeur de l’usine. La roche tendre est acheminée vers deux distributeurs à palettes mécaniques par des excavatrices puis dirigée vers le circuit de broyage sur le même convoyeur que la roche dure. Le minerai est broyé à 80 % passant 75 microns, ce qui libère l’or pour la lixiviation (pulpe); une portion du classement par hydro-cyclone – le soutirage du cyclone – est acheminée au circuit de gravimétrie où des cônes et un concentrateur Knelson retirent l’or récupérable par gravimétrie; ce matériel est ensuite concentré sur une table Deister, séché puis raffiné dans un four à induction à 1 250°C.

La pulpe du trop-plein du cyclone est épaissie puis envoyée aux cuves de lixiviation où 70 % de l’or dans le minerai est dissout puis récupéré par le charbon activé dans le procédé CIL; la pulpe résiduelle des cuves de lixiviation, contenant seulement des traces d’or, est ensuite déposée dans les parcs à résidus. Le charbon chargé du procédé de CIL est récupéré par tamisage puis traité dans le circuit de désorption où l’or est retiré du charbon et mis en solution. Cette solution se rend aux cellules d’électroextraction où l’or se dépose par électrolyse sur des cathodes; la boue d’or est lavée des cathodes, séchée puis raffinée dans le four à induction.

Selon la minéralogie aurifère, le type de roche, la teneur du minerai et le taux de traitement, le taux de récupération à Rosebel se situe généralement entre 90 % et 95 %.