Exploitations
Image

Mine de niobium Niobec, Québec

GÉOLOGIE ET MINÉRALISATION
GÉologie

Le gisement Niobec se situe dans la portion sud de la carbonatite de Saint-Honoré, dans la province structurale de Grenville du Bouclier canadien (Stockwell, 1964). Dimroth et al. (1981) subdivise la province de Grenville en trois unités litho-structurales distinctes : un complexe gneissique, les batholithes d’anorthosite et de charnockite-mangérite, et les intrusions calco-alcalines.

Au début du Paléozoïque, l’extension tectonique a mené au développement du rift du fleuve Saint-Laurent. Cette extension tectonique comprenait l’habituelle formation de failles, la formation de dômes vers le haut et une activité ignée alcaline (Kumarapeli et Saull, 1966), incluant la mise en place de la carbonatite de Saint-Honoré (650 millions d’années; Vallée et Dubuc, 1970).

Une carbonatite est une roche ignée contenant au moins 50 % de minéraux carbonatés. Sur une échelle mondiale, les carbonatites sont éparses, généralement petites et largement répandues. Les minéraux dominants dans la carbonatite, en ordre décroissant d’abondance, comprennent la calcite, la dolomite, l’ankérite et, rarement, la sidérite et la magnésite.

Niobec gît dans la portion sud du complexe alcalin de Saint-Honoré, ville située à environ treize kilomètres au nord de la Ville de Saguenay (Chicoutimi) et à six kilomètres à l’ouest de Saint-Honoré. La masse intrusive est presque entièrement recouverte par le calcaire de Trenton du Paléozoïque et est de forme elliptique lorsque vue en plan; son axe principal mesure environ quatre kilomètres. La masse consiste en une série de lentilles de carbonatite en forme de croissant dont la composition est de plus en plus jeune en progressant vers le centre, passant de calcitique à dolomitique puis à ferrocarbonatique. Les roches entourant immédiatement le complexe sont composées de diorite magnétique ainsi que de syénite à hypersthène.


MinÉralisation

Les minéraux de forme bipyramidale contenant du niobium sont disséminés à travers la carbonatite. La minéralisation économique se trouve dans le pyrochlore ferreux et sodique, généralement associé à des unités géologiques riches en magnétite, biotite et apatite. Les minéraux contenant du niobium et dispersés dans la roche sont de granulosité fine (0,2 à 0,8 mm de diamètre) et rarement visibles à l’œil nu; le forage au diamant est donc la seule façon d’évaluer le contenu économique des zones minéralisées.

Les enveloppes minéralisées varient de 45 à 180 mètres de largeur (axe nord-sud) alors que leur longueur peut atteindre près de 750 mètres. Les zones ont une étendue verticale connue d’environ 750 mètres, bien qu’elles demeurent ouvertes en profondeur. Les forages achevés les plus profonds montrent une minéralisation à des teneurs équivalentes à celles de la production minérale actuelle. Les pendages sont généralement verticaux ou près de la verticale (> 70°) vers le nord-ouest ou le nord-est.

Les teneurs moyennes des grandes enveloppes sont de 0,44 % à 0,51 % de Nb2O5. La majorité des réserves minérales et des ressources mesurées et indiquées sont situées dans les quatre premiers blocs de minage entre 90 et 560 mètres de profondeur. La plupart des ressources minérales classées comme inférées se trouvent exclusivement dans les blocs de minage 4, 5 et 6, entre des profondeurs allant de 560 à 730 mètres. Les opérations minières sont concentrées entre les profondeurs de 90 à 440 mètres et se déroulent simultanément sur trois blocs de minage.